Consulter la présentation

Connexion
Pour des raisons techniques, il se peut que la présentation ne s'affiche pas exactement comme dans le fichier original au sein de cet aperçu.
Écrire à l’ordinateur est aujourd’hui courant. Évaluer des productions réalisées avec l’ordinateur l’est moins ! Pour répondre aux exigences d’authenticité et de validité, on devrait offrir les modalités d’évaluation manuscrite et informatisée, mais des questions surgissent. Les conditions de passation sont-elles équivalentes ? Faut-il désactiver les correcticiels (correcteurs orthographique et grammatical) ? Pour contribuer au débat, cette étude examine l’usage des correcticiels dans le processus rédactionnel et l’effet de leur activation/désactivation sur les scores. Un test d’écriture a été administré dans chaque modalité à 127 élèves en fin d’études secondaires au Québec. Les correcticiels ont été désactivés dans un groupe lors du test informatisé. Pour examiner l’usage des correcticiels dans le processus rédactionnel, trois scripteurs ont été observés en modalité informatisée et deux autres en modalité manuscrite avec trois moyens: verbalisation, camera vidéo et capteur d’écran. Premièrement, l’analyse des stratégies d’écriture révèle en modalité informatisée (comparativement à la modalité manuscrite) une sollicitation plus fréquente des outils d’aide (correcticiels ou outils manuels). Deuxièmement, l’analyse des scores laisse entrevoir deux tendances inverses: l’activation des correcticiels a un effet positif mais faible tandis que leur désactivation a un effet négatif important. Ces résultats suggèrent des pistes quant à l’utilisation des correcticiels en contexte d’évaluation.
Auteur(s) : LAURIER, Michel D; DIARRA, Luc
Type : orale
Bloc : (V5-3) TIC et langues