Colloque international sur les TIC en éducation
Accueil Navigation Connexion Partager

Consulter la présentation

Pour des raisons techniques, il se peut que la présentation ne s'affiche pas exactement comme dans le fichier original au sein de cet aperçu.
Les jeunes enseignants utilisent aujourd’hui massivement Internet pour préparer leurs cours. Parallèlement, leurs pratiques d’autoformation aux TIC et avec les TIC se développent. Où trouvent-elles leur origine, ont-elles un impact sur les compétences informationnelles des enseignants et par extension sur la qualité des supports pédagogiques qu’ils utilisent en classe? Nous proposons ici quelques éléments de réponse issus de l’analyse de données d’entretiens réalisés auprès d’enseignants d’école primaire débutants, en France. Nous notons que les motifs d’autoformation se situent sur trois plans et sont liés : d’abord, à l’historique de l’approche personnelle des TIC et d’Internet des enseignants; ensuite, à leur entrée dans le métier; enfin, à leur vécu de formation initiale. Qu’en est-il de leurs compétences informationnelles? D’un côté, les enseignants interrogés présentent des critères d’évaluation des informations très subjectifs; stockent d’énormes quantités de ressources, mais en utilisent peu; se situent du côté des internautes « passifs », « consommateurs » d’informations. De l’autre, ils nous confient avoir des pratiques évolutives dans la durée, une meilleure définition des besoins d’informations et des modes de recherche plus ciblés; ils montrent également une grande rigueur dans les étapes de transformation des informations recueillies en contenus pédagogiques.
Auteur(s) : LEHERICEY, David
Type : orale
Bloc : (V5-O) Compétences informationnelles
Précédente Suivante